mercredi 31 juillet 2013

A la pêche aux moule, moules, moules...

Hé oui, je ne vous ai pas encore parlé de ma recette de moules, non pas que j'en avais pas envie, mais tout simplement parce que nous n'en avions pas encore mangées de tout l'été.

En effet,  depuis mi juin, il y a une interdiction de pêche aux coquillages sur toute la côte de Quiberon à la baie de la Vilaine, donc il va de soi que les moules c'est année c'est plutôt "je ne peux pas y aller Maman".

Pauvres producteurs d'huitres et moules, ils n'ont pas besoin de ça en ce moment.

Même chez mon poissonnier, lui qui d'habitude me propose toujours des moules de producteurs de la baie de Pénestin, sur la baie de la Vilaine, ne proposait plus de moules depuis, hormis la semaine dernière où il avait reçu des moules de producteurs de Côte d'Armor, donc pour une fois, je me suis rabattue sur les moules de Nord Bretagne qui sont très bonnes, bien fournies ma foi mais de plus petites tailles dirons nous.

Je n'ai rien contre les moules de Nord Bretagne ou de la baie du Mont St Michel, mais si je peux manger des moules de production locale, c'est quand même mieux.

Et comme les moules sont toujours accompagnées de frites, c'est donc un menu breton, nordiste, ou belge que je vous propose : moules/frites, pas très original me direz-vous mais au moins c'est un plat qui ravit tout le monde, petits et grands et surtout qui ne coûte pas cher.

Il vous faut donc pour réaliser ce plat typique de l'été pour 5 personnes :

- 2 à 2kg500 de moules, compter 250 gr par personne
- quelques échalotes de tradition française
- un peu de beurre salée
- 1 verre ou 2 de vin blanc (facultatif)

- soit des frites surgelées spécial four, compter pareil 200/250 gr de frites/personne

- soit pour les plus courageux, 1k500 de pommes de terre à frites, une bonne volonté pour éplucher et couper les pommes de terre,  et une friteuse au gaz ou électrique,

Mais là dessus je ne suis pas la spécialiste, depuis que je suis maman, pour des raisons de sécurité, j'ai toujours préféré cuire des frites au four, certes ce n'est pas aussi bon que de vraies frites, mais j'ai trop peur de l'huile chaude, j'ai bien essayé avec une friteuse électrique, bof,je trouve que l'on ne peut pas surveiller la cuisson, et toujours ce problème d'huile à récupérer.

- Coût de revient : en supermarché compter 4 à 5 euros le kilos de moules, pour une production locale, un prix un peu plus élevé, pour les frites au four, d'une célèbre marque américaine, dans les 2 euros le sachet de 1 kg de frites congelées,



- tout d'abord, trier et nettoyer les moules, je retire toutes les moules cassées, ainsi que les déchets d'algues qui entourent la moule, éventuellement s'aider d'un petit couteau pour y retirer les coquillages collés sur la moule


- puis émincer les échalotes


- enfin prendre un grand fait tout et faire fondre le beurre (à peu près 80 gr, + si on est gourmand) puis faire rissoler les échalotes



- enfin rajouter d'un coup toutes les moules, mettre un couvercle, et continuer la cuisson à feu vif 10 à 15 mn en les secouant de temps en temps afin que toutes les moules soient bien cuites.

- à ce moment on peut y rajouter le verre de vin blanc, 




- les moules cuisent assez vite sur un feu vif, 


- pour les frites au four, je commence à les cuire au four avant les moules suivant les indications du paquet, puis après je les réserve toujours dans le four mais à une température moins élevée, car les moules n'attendent pas, une fois qu'elles sont cuites, c'est prêt

- A table,







lundi 29 juillet 2013

L'été, un légume, une recette : l'aubergine et la moussaka

S'il est un légume qui reflète bien l'été, c'est l'aubergine, déjà sa couleur, prune, unie ou rayée, et puis sa forme arrondie font que l'on remarque facilement l'aubergine sur les étals des marchés, mais je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais souvent son nom m'échappe parfois juste au moment de me faire servir, "comment ça s'appelle ça? ben oui suis je bête !...



Peut être est ce du au fait que je n'achète des aubergines qu'en été, enfin bref, aujourd'hui une recette à base d'aubergines : la moussaka

J'ai toujours lu que la moussaka était un plat grecque, mais je crois que l'on mange ce plat partout en méditerranée du fait que les aubergines sont tout d'abord un légume du sud.

Ma moussaka est cuisinée avec de la viande de boeuf, une version certes pas d'origine, mais comme d'une part chez moi il y a plus d'amateurs d'aubergines que d'amateurs d'agneau, j'ai résolu le problème en remplaçant l'agneau par le boeuf, et puis d'un point de vue économique, le boeuf est quand même moins cher que l'agneau même si je reconnais que c'est bien meilleur avec de la viande d'agneau.

Coût de revient : pour une moussaka au boeuf, pour un plat pour 4 personnes environ, compter - de 10 euros le plat, pour une moussaka à l'agneau, compter entre 15 et 20 euros

- temps de cuisson : dans un four préchauffé à 210° , compter 20 à 25 mn de cuisson

Il vous faut donc pour réaliser cette moussaka :

- 600 gr de boeuf ou agneau haché
- 3 à 4 belles aubergines
- 3 tomates
- une cuillère à café de sucre en poudre
- 2 oignons
- herbes de provence, thym, origan
- ail
- un peu d'huile d'olive,
- du sel et du poivre

. pour la sauce béchamel :     
- 50 à 80 gr de beurre
- 2 cuillères à soupe de farine
- 500 ml de lait
 

   - Tout d’abord si la viande n’est pas hachée, hachez la ainsi que l’oignon,




  - puis avec un large couteau, taillez les aubergines en larges et fines lanières après en avoir coupé les extrémités


et faites les rissoler dans l’huile d’olive quelques minutes de chaque côté, réserver de côté, entre chaque passage, ne pas hésiter à rajouter de l’huile d’olive, les aubergines boivent beaucoup

 - éventuellement si les lanières sont trop grasses, posez les sur une feuille d’essuie tout qui en absorbera le surplus

 - puis faites rissoler l’oignon, ainsi que la viande hachée, et rajoutez y un verre de vin blanc (ou à défaut de rosé), réduire de moitié, salez, poivrez, et ajoutez y les herbes de Provence (thym, origan,), de l’ail écrasé et continuer la cuisson pendant 15 mn si c’est une viande de bœuf, 30 mn si c’est une viande d’agneau




- pendant ce temps là, préparez la compotée de tomates en coupant les tomates en petits dés puis en les faisant cuire dans une casserole à feu doux accompagnées de sel, poivre et d’une cuillère à café de sucre en poudre,

 
 - Enfin préparez la sauce béchamel en faisant fondre le beurre, quand celui ci est fondu, rajoutez alors les 2 cuillères à soupe de farine, puis le lait petit à petit en mélangeant bien jusqu’à l’obtention d’une sauce bien épaisse

 


- Quand la viande, les tomates et la sauce béchamel sont prêtes, prendre alors un plat au four carré ou rectangulaire, et versez y tout d’abord la viande, puis les tomates, et enfin les lanières d’aubergines, on peut faire plusieurs couches d’aubergines, et versez y la sauce béchamel par dessus, terminer par de l’emmental ou du parmesan râpé
 



 - mettre dans un four préchauffé à 210° pendant 20 mn environ

 






mardi 23 juillet 2013

Escale gourmande... à Londres

I Love London... j'aime Londres, l'Angleterre, et bien entendu tout ce qui touche à la famille royale, alors avec cette page spéciale Londres fêtons aussi la naissance de cet héritier, futur roi d'Angleterre.


Londres est pour moi après Paris bien sûr, la 2ème ville la plus belle au monde, ses monuments historiques, ses promenades, ses fameux jardins anglais, et surtout son style à la fois moderne et classique en font une ville très agréable .

Comme beaucoup, j'ai connu cette ville lors d'un échange franco-anglais à l'âge du collège et malheureusement cette visite ne m'avait laissé qu'un mauvais souvenir, c'était l'époque de la Dame de Fer, cette période, qui fût dure pour tous les anglais, était aussi marquée par toutes ces zones laissées à l'abondon, ces usines malheureusement fermées, et tous ces anciens docks qui n'embellissaient pas le paysage londonien.

J'avais aussi ce souvenir d'une nourriture pas toujours très bonne, des sandwichs à la crème et surtout ces fameaux gâteaux à la gélatine, bref, tout cela ne me donnait pas envie d'y retourner.

Puis au fil des années, peut être parce qu'en grandissant, on a aussi envie de s'intéresser à autre chose, avec les enfants, j'avais envie d'y retourner, et de voir si Londres avait changé, ce fût fait en 2010 et là quel changement, méconnaissable, une ville resplendissante, et de plus sous un beau soleil ce qui change tout bien sûr et après ce voyage, juste une envie : d'y retourner bien sûr.


Alors ce fût encore le cas en 2012 mais cette fois ci à une époque différente, qui de plus marie bien Londres à ce moment de l'année, à savoir pendant les fêtes de fin d'année.


Et comme je suis aussi une shopping addict, j'ai donc profité des soldes londoniennes, car une fashion victim ne peut passer à côté de ces soldes.

Ces soldes commencent toujours le lendemain de Noêl, qui de plus pour les anglais est un jour férié, hé oui cela remonte à l'époque des lords, ladies et cie qui donnaient ce jour à leurs employés afin qu'ils fassent leurs achats de Noel.

Depuis donc cette époque, ce jour, 26 décembre "the boxing day" est vraiment le jour des londoniens mais pour d'autres achats si on veut dire.

Ces soldes londoniennes sont vraiment très intéressantes, en effet si en France, on arrive parfois à obtenir des rabais à - 60/70 % à la 3ème démarque, en Angleterre, c'est l'inverse c'est automatique - 70% dès le 1er jour, pour redesendre à moins de rabais la semaine d'après, les anglais ont donc tout compris au marketing.

Mais  nous ne sommes pas là pour parler shopping mais plutôt des bon plans pour manger économique, et aussi pour vous parler des belles ballades que Londres propose, et enfin des produits anglais que l'on peut trouver sur place ou aussi chez nous, qui reflètent bien cette société.

Tout d'abord, Londres doit être la ville où l'on trouve le plus de boutiques de snacks, à chaque coin de rue, et même dans la même rue, des snaks pour y manger sandwichs, hamburgers, spécialités indiennes, japonnaises, chinoises, mexicaines, je crois que tous les pays y sont representés, et ce à tout moment de la jounée.


Beaucoup d'enseignes comme "Prêt à manger, Pizzas Hut, Subway..." proposent sandwichs, salades, à emporter ou à consommer sur place, mais il faut bien regarder les prix car pour nous  français avec déjà une livre à hauteur de 1,30/1,40 euro, c'est déjà rajouter 30 à 40 % du prix anglais pour avoir l'équivalent en euro,

Puis un deuxième point, tout comme chez nous en France, il y a une différence de prix entre le prix à emporter et le prix sur place beaucoup plus cher, cette différence peut aller jusqu'à 1 livre par plat, alors imaginez le prix pour toute une famille qui veut consomer sur place.(compter 10 à 15 livres par personne)

Alors j'ai vite résolu le problème, seulement du "take off", (à emporter), les bancs ne manquent pas à Londres même dans le moindre petit espace vert, l'idéal est d'aller manger sur l'herbe du côté de la cathédrâle de St Paul, en compagnie de tous ces traders de la cité, c'est vraiment l'esprit bon enfant, et avec un peu de chance on peut encore y croiser de vrais gentlemans avec chapeau melon.


Après pour digérer et si le temps le permet, à Londres le temps le permet toujours, il suffit d'avoir les bons habits adéquats, filez le long des berges des anciens docks, en traversant le pont du Millénium, ce pont magnifique, face à la cathédrale rejoint le musée d'art moderne, "the tate modern", ce musée bâti sur une ancienne usine.


Ce musée tous comme les autres musées nationaux est gratuit, alors profitons en pour y découvrir des oeuvres d'art d'artistes connus comme Roy Lichtenstein , ou Andy Warhol, puis aussi pour y découvrir la plus belle vue de Londres.

Il suffira alors de monter tout en haut, à l'étage des cafés et restaurants, et juste d'y jeter un coup d'oeil à travers la baie vitrée. London Eye qui est juste à côté donne à peu près la même vue mais si vous êtes comme moi, vous avez le vertige, alors à Tate Modern, vous vous y sentirez plus en sécurité.


Après il faut continuer sur cette berge, jusqu'au Tower Bridge,


traverser le pont, et repassez sur l'autre rive pour atteindre la fameuse Tour de Londres, qui elle est payante, pour y découvrir les joyaux de la Reine.


Après cette belle promenade, pour les fashion victims, retour à Piccadilly Circus, pour rejoindre tout ce quartier de mode, pour finir par la très célèbre Oxford Street, où des enseignes comme Primark, Top Shop, feront le bonheur de nos adolescents,  imaginez là alors sous un jour de solde.




Un petit arrêt à la boutique de jouets, Hamley's, à Regent's street,  pour petits et grands, où sur 4 étages ce ne sont que jouets, peluches et autres gadgets, même le couple princier y est représenté


Mais gardez encore un peu de forme pour le métro anglais qui est certainement le plus ancien aussi, et donc dans beaucoup de stations les escaliers sont encore un peu raides, les couloirs sombres et la foule aux heures de pointe, mais n'ayez crainte, je m'y suis toujours sentie en sécurité.


Le bus rouge londonien est alors plus avantageux déjà de part son prix, prendre alors une carte prépayée Oyster, et puis sur certaines lignes on traverse tout Londres de part en part, alors si en plus on a de la place à l'étage au 1er rang, juste derrière la vitre, ce n'est que bonus, tout Londres à ses pieds



Et puis surtout cela nous permettra de nous reposer ou sinon il faut faire comme les anglais, à savoir avoir 2 paires de chaussures dans son sac, une paire de chaussures normales et des baskets pour filer plus vite, c'est pourquoi l'on rencontre souvent des londoniens en costume cravates mais avec des baskets aux pieds, et les filles en tailleur baskets.

Mais Londres ce sont aussi de pittoresques quartiers comme Soho, ou le célèbre marché de Coven Garden,




Chinatown, un lieu vraiment inoui que j'ai découvert le long d' une petite rue de Soho, où pendant quelques minutes, je me seraiscru à Hong Kong ou Macao



Enfin il ne faut pas oubllier le palais de la Reine, Buckingham Palace, qui si le drapeau est présent, vous indiquera que la reine est là, mais pour la relève de la garde, c'est seulement quelques jours par semaine, et comme les anglais sont très attachés aussi à leur  famille royale, il faudra alors arriver tôt et patienter.


et Big Ben, appelé maintenant "la tour Elisabeth", en souvenir de son jubilé et bien sûr l'Abbaye de Westminster, lieu payant, mais de toute beauté.


Et s'il vous reste quelques penny, un dernier petit tour au célèbre magasin Harrods, où les grooms vous ouvriront les portes de ce temple de luxe, juste à côté du quartier de Chelsea où les grandes marques françaises de luxe nous feront encore plus rêver






Enfin bref, après ces 2 dernières visites, je n'ai qu'une envie y retourner car même sous la pluie, au soleil, à Noël, Londres y révèle son caracère différent et à chaque visite j'y découvre encore plus de nouveautés.

Maintenant quoi de bon chez les anglais ?


Tout d'abord, la marmelade, s'il y a une marmelade que je trouve excellente c'est bien celle ci , la marmelade de citron vert "Rose's",  trouvée au hasard d'une petite boutique Tesco, ce genre de boutique toujours ouverte, tenue principalement par des indiens ou pakistanais, des gens charmants qui n'auront qu'une envie de vous faire aimer Londres,(eureka, on la trouve maintenant en France chez Carrefour)

Puis on ne peut échapper à la sauce "Marmite", j'ai gouté, beurk, même pas la peine d'en parler, les anglais en sont friands pour leur sanwich soit disant, la sauce "Worcestershire Sauce"de chez Lea et Perrin est bien meilleure


Enfin il y a le thé, noir de préférence, avec un nuage de lait, et enfin les crakers pour l'apéritif accompagnés de chips, on en trouve à toutes les sauces, natures, oignons, sauce barbecue, mais celles que je préfère ce sont les chips de soja de la marque Too Good


Malheureusement, c'est l'heure du tea time,


et s'il est une heure où les anglais quitteront tout, c'est bien à l'heure du thé, alors j'espère que cette escapade vous aura plu et à bientôt pour un dossier spécial...suspens ce sera pour la rentrée

En attendant, pour ceux tous ceux qui veulent retrouver cette atmosphère si chère à l'Angletterre, mais tout en restant en Bretagne, une boutique à Vannes de mon amie Suzanne, "The Bristish House"



qui aura plaisir de vous parler de Londres, et où vous pourrez y découvrir objets, vêtements, livres, et accessoires le tout made in England.