samedi 31 août 2013

le poisson du jour : darnes de thon à la cocotte aux 2 poivrons

Je ne pouvais pas vous parler de mes recettes estivales sans vous donner ma recette des darnes de thon.

Le thon est vraiment le poisson de l'été, chez nous en Bretagne on le trouve facilement sur les étals des poissonniers du mois de mai/juin jusqu'en octobre.

C'est vrai que c'est un poisson en voie de disparition, mais quel est le poisson qui ne l'est pas ? Au prix de la viande, le poisson reste quand même plus économique et apporte tellement plus de bienfaits de part leur faible teneur en matières grasses, qu'il serait alors dommage d'arrêter d'en manger pour cause de disparition.

 Dans ce cas alors, limitons nous aux poissons de pêche locale et aux poissons de saison, donc en ce moment, c'est encore la saison du thon, alors profitons en encore un peu.

Le seul inconvénient du thon est que c'est un poisson avec une chair très sèche, alors il ne faut pas hésiter de le cuisiner avec des tomates ou du vin blanc pour éviter que sa chair ne se dessèche de trop et prévoir 1 tranche pour 2 à 3 personnes.

Pour cette recette de darnes de thon pour 4 à 5 personnes, il vous faudra :

- 1 à 2 belles tranches de thon (ou bonite)
- quelques poivrons rouges, verts ou jaunes
- quelques oignons
- quelques tomates
- un peu de farine
- de l'huile d'olive
- 1 verre ou 2 de vin blanc sec
- quelques courgettes ou des pommes de terre

- coût de revient : - de 10 euros, le plat, le thon (ou bonite) n'est pas un poisson très onéreux, chez moi je le trouve à - de 10 euros le kg, 1 tranche pesant entre 300 et 500 gr suivant l'épaisseur


- tout d'abord, farinez légèrement les tranches de thon


- puis dans une cocotte faites chauffer de l'huile d'olive (2 à 3 cuillères à soupe ou plus suivant si on aime vraiment l'huile d'olive)


- puis pendant que la cocotte chauffe, émincez les poivrons, et les oignons


- commencez tout d'abord par faire rissoler les tranches de thon sur les 2 faces, rajouter de l'huile d'olive si nécessaire


- une fois les tranches de thon bien rissolées, retirez les et réservez de côté, à la place, faites rissoler les poivrons, les oignons en y rajoutant un peu d'huile d'olive, faites cuire pendant quelques minutes environ


- pendant ce temps, avec un rasoir à légumes émincez de larges bandes de la courgette et mettre de côté


- quand les poivrons et les oignons sont légèrement cuits, remettre les tranches de thon dans la cocotte et rajoutez y dessus les poivrons, et oignons, prolongez la cuisson de 20 mn environ à feu doux, à ce moment, on peut tout aussi y verser le verre de vin blanc, salez, et poivrez


- et rajoutez les tomates (avec ou sans peaux) coupés en petits morceaux



- ainsi qu'un peu d'ail haché


- faites cuire les courgettes ou pommes de terre à la vapeur



 - pour la cuisson du thon, au bout de 20 mn, découpez en un morceau pour voir si le thon est cuit, il doit être tendre, prolongez la cuisson si nécessaire


- servir le thon avec les poivrons, tomates, lamelles de courgettes ou quelques pommes de terre vapeur


- sur ce bon week end, bonne rentrée pour les uns ou bonnes vacances pour tous les autres

jeudi 29 août 2013

le petit dessert du jour : la tarte aux mirabelles

S'il est une tarte que je réalise avec plaisir, c'est bien celle-ci : la tarte aux mirabelles.

Pourquoi ? ben tout simplement parce que les mirabelles viennent du jardin, alors comme tous les ans, j'attends avec impatience que le mirabellier fleurisse déjà, car de là je peux déjà savoir si la récolte peut être bonne.

Mais cette année avec cet hiver long et humide, les fleurs ne fûrent pas nombreuses, ça en disait déjà beaucoup sur la récolte des fruits, et mi août, quand j'ai commencé à ramasser les mirabelles, seule un petit panier fût rempli, et juste de quoi faire ma tarte. Tant pis, on verra donc l'année prochaine


Puis la mirabelle est vraiment un fruit délicieux, très sucrée, en tarte, en confiture et même cuisinée avec une viande, ou volaille, ce fruit rappelle vraiment l'été.

En ce moment c'est la pleine saison des mirabelles qui sont majoritairement produites dans la région de Nancy, en plus comme celle ci ne dure pas longtemps (jusqu'à fin septembre suivant la météo), je pense que cela peut valoir le coup d'en acheter au moins 1 kg.

Pour réaliser donc cette tarte aux mirabelles, il vous faudra donc tout d'abord réaliser une pâte sucrée avec :

- 250 gr de farine
- 125 gr de beurre mou
-  1250 gr de sucre en poudre
- 1 oeuf entier
 - puis 800 gr environ de mirabelles

- cuisson au four : 35 mn à 220°

- prix de revient : entre 5 et 7 euros la tarte,

Le prix de cette tarte dépendra bien sûr du prix des mirabelles, en supermarchés on peut aussi trouver des mirabelles, mais j'ai remarqué que pour des produits un peu rares leur prix n'est pas forcément plus intéressants que sur les étals du marché, peut être alors attendre encore quelques semaines pour voir le prix baisser, mais bien sûr tout dépendra de votre région d'origine.

Ma région bretonne n'étant pas la région productrice de mirabelles, c'est vrai que leur prix en est donc conséquent.(entre 5 et 7 euros le kilo)



- mettre tous les ingrédients dans un robot pâtissier ou dans un saladier, et mélanger délicatement





- on obtient donc une pâte non collante qu'il faudra mettre au frais au moins 2 heures


-  puis reprendre cette pâte et étalez là soit au rouleau sur le plan de travail fariné soit à la main directement sur le plat à tarte en y farinant ses doigts


- piquez en le fond avec une fourchette


- puis disposez dessus les mirabelles rincées, dénoyautées et coupées en 2


- saupoudrez d'un peu de sucre en poudre,


 - et mettre dans un four préchauffé à 220° pendant 35 mn environ


- dégustez cette tarte une fois refroidie ou légèrement tiède, éventuellement accompagnée d'un peu de crème fraîche

Bon appétit et à l'année prochaine pour une prochaine tarte, ou des pots de confiture j'espère


mardi 27 août 2013

ça sent la rentrée, alors il est temps de préparer l'hiver : le coulis de tomates

Après les haricots blancs cocos de Paimpol, un autre légume que je surgèle pour l'hiver : la tomate, mais pas la tomate entière mais le coulis de tomate.

Oui le coulis car quoi de mieux que d'avoir une base de sauce tomate déjà toute prête, faite maison pour compléter les pizzas, sauces pour spaghettis et autres spécialités, sans oublier les lasagnes.

De plus, en ce moment, les tomates regorgent de soleil, leur maturité est donc excellente tout comme leur prix, en plus certains producteurs sur les marchés n'hésitent pas à brader les prix si on prend une cagette de plusieurs kilos.

C'est ce que je fais tous les ans, une cagette de 8 kg, et une journée de labeur, mais le résultat est là, 8 à 10 petites boîtes de sauce toute prête, qui pareil que pour les cocos n'auront pas forcément besoin d'y être décongelées, et puis c'est un peu le soleil des vacances que l'on met en boite et que l'on aura plaisir de retrouver cet hiver en dégustant ce coulis fait maison.

Donc pour élaborer ces coulis de tomate, il vous faut donc :

- plusieurs kilos de belles tomates, les légumes qui doivent être congelés sont comme les fruits à confiture, c'est à dire qu'ils ne doivent pas être abîmés, "mûr ne veut pas dire abîmé"

- je cuis généralement 2 à 3 kg de tomates en même temps, déjà pour une question de matériel, puis pour une question de temps aussi, si on ne peut pas tout cuire le même jour, commencer par les tomates les plus avancées, et recommencer l'opération quelques jours après

- une botte de basilic frais ou herbes de Provence
- de l'huile d'olive
- du sel, poivre,
- une moulinette à légumes manuelle
- quelques boites pour la surgélation

- prix de revient : si on prend plusieurs kilos, le prix est forcément intéressant, chez moi en Bretagne, 10 euros la cagette de 8 kg, soit 1,20 euros le kilos environ, 




- tout d'abord, après avoir rincé les tomates, et équeuter leurs pédoncules, faire chauffer de l'huile d'olive dans une poêle sauteuse


- puis couper les tomates en 8 sans en retirer leurs peaux, et faire dorer tous ces morceaux


- une fois les tomates légèrement rissolées, saler, poivrer,


- et émincer le basilic frais, rajouter le alors aux tomates


- baisser un peu le feu et faire cuire tout doucement à petit feu pendant 15/20 mn environ


- les tomates vont rendre tout leur eau

 - puis une fois les tomates cuites, passez les à la moulinette à la main afin d'en retirer les peaux, si l'on n'a pas de moulinette, passer au mixer électrique, puis au chinois afin que les peaux en soient retenues, (un chinois est comme une passoire très fine de forme conique)


- on obtient donc une sauce assez liquide, alors pour en faire évaporer le surplus d'eau, mettre le feu un peu plus fort et continuer la cuisson, l'eau va donc s'évaporer et la sauce s'épaissir, arrêter la cuisson quand la sauce nous parait correcte.


- remplir des boites de congélation plus ou moins grandes, je remplis aussi des boites pour 1 personne, comme ça quand les enfants veulent se faire à manger, pas besoin d'en sortir une trop grande quantité

- attendre le refroidissement complet avant de les ranger au congélateur


ça sent la rentrée, alors il est temps de préparer l'hiver : les haricots coco de Paimpol

Ca y est c'est la dernière semaine avant la rentrée, tout le monde en parle, mais le soleil est encore présent, alors profitons de ces dernières journées.

Cet été a vraiment été formidable du point de vue températures et ensoleillement, du soleil presque durant ces 2 mois estivaux, alors du coup les fruits et légumes regorgent sur les étals avec des prix assez intéressants

Alors comme tous les ans, je profite toujours de ces dernières semaines pour remplir mon congélateur pour l'hiver prochain.

Si pour certains légumes tels les haricots verts, la surgélation n'est pas formidable, pour les haricots coco AOC de Paimpol, les fameux haricots blancs des Côtes d'Armor, c'est vraiment à faire car les haricots pourront déjà se conserver tout l'hiver et de plus n'auront même pas besoin d'être décongelés, il suffira tout simplement de les ébouillanter tels quels durant quelques minutes, avant de les cuisiner.

En plus la saison des haricots cocos vient de commencer, et elle durera jusqu'à mi octobre, leur prix certes est un peu onéreux, mais parfois les producteurs proposent des filets de plusieurs kilos, alors si l'on a du temps devant soi, bah oui il faut écosser les haricots blancs, il ne faut pas hésiter.

 prix de revient : compter entre 5 et 6 euros le kilos, 1 kg de haricots doit donner 700 gr environ de cocos


La taille des haricots blancs peut varier, ils sont plus ou moins petits, avec des haricots coco AOC de Paimpol, je n'ai jamais eu de problèmes, ils ne sont pas farineux, dans d'autres régions, ces haricots blancs sont aussi appelés "mogettes" mais il me semble qu'ils sont plus petits

- écosser les haricots, et aussitôt remplir des sachets pour surgélation, je remplis à hauteur de 700 gr environ par sachet comme ça cela permet d'avoir une quantité raisonnable pour la famille comme j'accompagne toujours ces haricots blancs de rondelles de carottes ou haricots verts, je donnerai la recette du "mouton au haricots" dès que l'hiver se sera annoncé





jeudi 22 août 2013

le petit dessert du jour : minis pavlovas aux fruits rouges

Durant cet été, j'ai découvert ce dessert : la pavlova aux fruits rouges

Déjà le nom me plaisait beaucoup "Pavlova", puis un jour j'ai vu sur le petit écran un grand chef préparé ce dessert, alors j'ai voulu essayer récemment.

Ce dessert n'est pas très compliqué à réaliser, la base est une meringue, puis une crème fouettée, et quelques fruits rouges ou même des fruits exotiques, car à la base, ce dessert nous vient de... Nouvelles Zélande ou Australie, là dessus ces 2 pays ne sont pas très d'accord, ,

hé oui avec ce nom, je pensais que ce dessert nous venait tout droit de l'Est de l'Europe, hé ben non, enfin oui si on veut car ce dessert a été nommé en l'honneur de la ballerine russe Anna Pavlova car il  a été inventé lors de son séjour en Australie, Nouvelles Zélande, voilà pourquoi ces 2 patries revendiquent l'invention de ce dessert.

Donc pour réaliser ce petit dessert, qui vous verrez vous épatera de part sa légèreté et surtout son côté raffiné, il vous faudra :

- 2 à 3 blancs d'oeufs extra frais
- 1 petit pot de crème entière liquide
- un peu de sel
- 100 gr de sucre en poudre
- quelques fruits rouges comme framboises, mures, cassis, fraises des bois etc

- cuisson au four : 1 h15 à 1h30 dans un four à 100°, les meringues doivent cuire longtemps dans un four à peine chaud

- coût de revient : - de 5 euros pour 5 à  pavlovas


- tout d'abord séparez les blancs des jaunes d'oeufs, et avec une pincée de sel, montez ces blancs en neige très très ferme


- à la fin de l'opération, rajouter la moitié du sucre en poudre soit 50 à 80 gr et continuer de les monter en neige



- quand les blancs sont montés très ferme, sur une feuille de papier cuisson, faire des petits tas de ces blancs en neige espacés les uns des autres

- et mettre dans un four préchauffé à 100° pendant 1h15/1h30 environ sans en ouvrir le four


- pendant ce temps là, monter la crème liquide en crème fouettée voire en crème chantilly


- pareil que pour les blancs en neige, rajouter alors l'autre moitié du sucre en poudre et finir de monter la crème



- on obtient une crème chantilly bien ferme, mettre de côté au frais pendant au moins 1 heure minimum voire 2 heures



- quand les meringues sont cuites, attendre le refroidissement complet avant de les décoller du papier, et afin qu'elles ne  prennent pas l'humidité, les ranger dans une boite hermétique ou alors préparez le montage de la pavlova de suite pour les dégustez dès la sortie du four, les meringues ont cette fâcheuse manie de se ramollir surtout si le temps est à l'humidité, encore pire que le baromètre du salon



- pour le montage de la pavlova, il suffit de rincer les fruits rouges, puis de creuser un peu le dessus de la meringue pour y verser la crème chantilly puis les fruits rouges pour une décoration finale

- on pourrait tout aussi prendre 2 meringues, les poser sur leurs tranches et verser au milieu la crème chantilly suivi des fruits rouges, à chacun sa disposition